Religion, nationalité, race ? 2/2

Autre point sensible. Théorie toute personnelle.

On est juif par sa mère. J’interprète cela comme l’appartenance à une « race » car on peut dire de la même manière, « je suis asiatique par ma mère ». En parlant de « race », je n’ai en tête aucune notion de classement ou de hiérarchisation. Je fais référence à des différences avérées entre des grands groupes d’humains. Du point de vue de la génétique, il existe des races au sens (je suis certain de trouver des généticiens qui disent le contraire) où il y a des familles d’individus ayant des caractéristiques génétiques communes et différentes entre groupes.https://www.youtube.com/watch?v=rAmAAYWe2U8 (Evelyne Heyer professeur en anthropologie génétique au Muséum National d’histoire Naturelle)

L’origine du père a été longtemps moins certaine. En procédant ainsi, ils ont fait de la religion un caractère du patrimoine génétique. Certes, cela date d’avant la découverte des gènes. La mère est une origine incontestable. En tout cas elle était certainement moins contestable que celle du père avant que l’analyse génétique ne soit mise au point.

Sur ce point l’appartenance à une religion confine à celle d’une race et rejoint la question de la nationalité : « je suis français par… ». L’exemple est mauvais puisque la France exerce le droit du sol et non du sang. Pour les juifs, on a un Etat bâti autour d’une religion qui procèderait notamment de la génétique. On ne peut pas faire une approche plus verrouillée de l’appartenance à un groupe.

Ceci m’amène à la conclusion peut être simpliste suivante. Les chrétiens en France ont construit dans la douleur une République laïque pour sortir de la confusion des genres entre religion, nationalité voire race qui renvoient à la notion de peuple, pour permettre l’existence d’une Nation rassemblée autour d’autres valeurs. Les revendications à caractère religieux, en particulier chez les hommes politiques, remettent en cause l’unité nationale. JSCOB… ?

Je trouve après coup cet article qui ne fait pas de mon propos amateur un tissu d’inepties. https://www.huffingtonpost.fr/gil-kessary/israel-etat-juif_b_4667357.html

4 Réponses à “Religion, nationalité, race ? 2/2”

  1. Genevieve dit :

    Cest un combat pour une ceinture neuneu Et sinon, juste pour information, lhomophobie nest pas une opinion mais un délit : Définition pénale des actes discriminatoires (fondés sur les distinctions opérées entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée) et peines encourues : code pénal, art. 225-1 et s. et 432-7

  2. René-Claude dit :

    J’interviens avec retard sur ce post qui met en référence une vidéo qui n’est, malheureusement, qu’un montage destiné à « démontrer » des théories racistes. Le vrai propos de cette anthropologue est que des différences génétiques sont intervenues entre certains groupes humains du fait des barrières géographiques. En d’autres termes, la séparation des hommes par des obstacles que les plus braves ont franchi une fois mais qu’ensuite les plus nombreux ne passent pas, cette séparation a conduit les populations ainsi divisées à des évolutions génétiques différentes. Ces différences incontestables ne constituent pas pour autant des races dans la mesure où les caractères génétiques ne sont pas liés entre eux.
    En effet, il n’y a pas de relation entre la couleur de la peau et celle des yeux, il n’y a pas de relation entre le groupe sanguin et la forme du nez, pas de relation entre la taille d’un individu et la couleur de ses cheveux.
    Ce qu’il est important de conserver à l’esprit quand on parle de notre espèce, c’est qu’elle est apparue il y a plus de 200 000 ans, peut-être même 300 000. Ensuite, cela ne fait que 60 000 ans environ que les premières familles homo sapiens ont quitté l’Afrique et elles ont mis plus de 50 000 ans à se répartir dans le monde entier.
    C’est à partir de là que des différenciations génétiques sont apparues suivant le phénomène constaté et relevé par Évelyne Heyer.
    Ces différences sont celles qui existent entre les familles homo sapiens, celles que tout Européen sait voir entre un Hispanique et un Scandinave ou un Britannique, celles que tout Asiatique sait voir entre un Japonais, un Tibétain ou un Coréen, celles que les Africains voient entre un Sénégalais, un Gabonais ou un Zoulou.
    Mais Hispaniques, Scandinaves, Britanniques, Japonais, Tibétains, Coréens, Sénégalais, Gabonais, Zoulou et tous les autres homo sapiens qui vivent aujourd’hui sur cette Terre ne sont distincts les uns des autres que par les effets de quelques milliers d’années de séparation et de différenciation alors que nous avons tous eu les mêmes ancêtres pendant plus de 200 000 ans. Ce qui nous sépare est infiniment plus petit que ce qui nous réunit et surtout, ce qui nous sépare n’est pas le fait d’une différence mais celui d’une distance.
    De nos jours, la distance étant facilement abolie, les différenciations géographiques entre groupes humains sont vouées à s’estomper.
    C’est pourquoi le principe selon lequel « je suis Juif par ma mère » est un non-sens car si une judaïcité était transmise par les mères, le monde entier serait habité par des Juifs authentiques sans l’ombre d’une exception, sans l’ombre d’un doute.
    Il en va souvent ainsi des principes créés par les religions et c’est une des raisons pour lesquelles, il y a seulement un peu plus de 100 ans, nos grands-parents ont créé cette République laïque, censée nous mettre à l’abri de ces théories plus ou moins sectaires, laïcité qui a tant de mal à résister aux derniers millénaires de notre histoire.

    • Admin con ou bien ? dit :

      Bonjour René claude,
      Si je suis ton raisonnement sur les races et que je l’applique aux espèces, toutes les espèces viennent des mêmes cellules originelles qui se sont développées différemment et qui ont à leur tour subi des mutations en lien avec leur environnement. On ne devrait pas parler d’espèces alors.
      En fait il faut distinguer les espèces et les races, les secondes étant couvertes par les premières. Il existe une espèce humaine et des races. Pour moi c’est un fait, une donnée. Ensuite la connerie humaine, comme c’est le cas en politique ou dans les relations sociales, intervient pour interpréter ces différences ou affirmer qu’elles n’existent pas. C’est ainsi que l’on procède avec les ignorants et avec les idiots.
      Longtemps on a considéré Néandertal et Sapiens comme deux espèces différentes, donc non miscibles. Il s’avère que c’est faux et que l’on retrouve des gènes de Néandertal dans notre code génétique.
      S’agissant de la transmission par la mère de l’appellation « juif », ce ne peut pas être un non sens. C’est décrété ainsi par les juifs et leur « doctrine ». C’est comme le droit du sang et le droit du sol. Ici, c’est le droit de la mère. C’est du « droit », pas de la science. JSCOB…?
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Lespapisflingueurs |
Ecomonde |
Une Porte Vers L'Autre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le savoir Africain
| Votre biographie par VOM
| Souslarobe