Surdoués à l’école : mais je n’ai pas de preuve scientifique à apporter… 3 de 3

Vis-à-vis des gens qui font des commentaires désagréables : je constate qu’un grand ressort des relations sociales, au moins dans notre pays, est la jalousie, non pas celle qui stimule pour avancer comme chez les Anglo-saxons, mais celle qui vise à nuire à l’autre. La jalousie alliée à l’ignorance et à la méchanceté contribuent à façonner / normaliser le paysage social mais je n’ai pas de preuve scientifique à apporter…

Excepté avec un(e) enseignant(e) presque exceptionnel(le), le premier qui lève la tête se la fait couper. D’autres ne la lèvent pas ou plus, pour au mieux se fondre. Il ne faut donc pas attendre trop d’aide et de compréhension de ce côté. J’exagère une nouvelle fois mais il ne faut pas s’étonner de constater l’existence du communautarisme, l’entre-soi, sous toutes ses formes. Or l’intelligence, en l’occurrence l’intelligence supérieure, ne connaît pas cette ségrégation. Elle est transverse à la population. Elle est transverse à chaque classe d’âge. Le système scolaire y est confronté et il ne sait pas la gérer comme une grosse entreprise a du mal à gérer la pluridisciplinarité nécessaire à la réalisation des projets complexes, ceux qui nécessitent une intelligence participative / collective « supérieure », mais je n’ai pas…

Le « génie » n’a pas droit à l’erreur dans le sens commun, me semble-t-il. S’il trébuche, c’est le drame pour l’un et le ricanement pour les autres. Le « génie » comme le surdoué n’attire ni la sympathie, ni la compassion de la part d’une majorité, chez nous, envieuse ou au mieux indifférente, et plutôt ignorante. On tombe vite dans le champ politique avec un pouvoir qui produit des réformes égalisatrices dans lesquelles sont perdus les sujets atypiques. Un élève exceptionnel intéresse un enseignant exceptionnel et effraie les autres mais je n’ai pas de preuve…

« On » cherche à attirer les faveurs du parent /électeur. On nivelle par le bas en espérant gagner un électorat important toujours selon l’approche Pareto. On flatte les gens et on les caresse dans le sens du poil afin de rester au pouvoir ou d’y accéder. Le mensonge est à la manoeuvre. L’objectif est politique et non celui de la réussite des enfants. J’aime définitivement cette citation de Jules Ferry : « l’école, c’est la promotion de tous et la sélection des meilleurs ». Il s’agit d’un concept puissant, pour moi. Analysé de manière superficielle, la situation actuelle permet de dire que ce concept est respecté. Les apparences sont donc sauves mais ce concept a été dévoyé… mais je n’ai pas de preuve…

La promotion est illusoire, la sélection est manifeste, et les meilleurs sont ceux qui ont réussi à conjuguer potentiel supérieur et capacité d’adaptation, ou qui sont, de par leur personnalité, adaptés à ce formatage, ou alors qui ont été extraits de ce melting pot (à l’instar d’une opération de sauvetage). A ce titre le test de QI me semble comparable à ce que sont censés mesurer les résultats scolaires mais je n’ai pas de preuve scientifique à apporter pour étayer ce que j’écris. JSCOB… ?

Laisser un commentaire

Lespapisflingueurs |
Ecomonde |
Une Porte Vers L'Autre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le savoir Africain
| Votre biographie par VOM
| Souslarobe