Sus à l’épargne… de ceux qui en ont encore et qui n’ont pas pu s’échapper.

http://r.email.le-petit-economiste.com/874o44f3mlkvf.html « Assurance Vie : En 2017, il va Falloir Payer ».

L’étau se resserre. La « pyramide » (désormais, la pagode) humaine de notre pays constituée à la base par ceux qui n’ont pas de salaires puis ceux qui sont des travailleurs pauvres, puis les ouvriers / employés, puis les cadres moyens… se fait grignoter par l’augmentation de ses charges de fonctionnement (dépenses récurrentes, impôts, taxes,…).

L’appauvrissement de la population progresse par capillarité sous l’action conjuguée de l’Etat qui ne réussit pas à réduire son train de vie, de la société de consommation qui vampirise la vache à lait et du monde de l’entreprise qui s’enfonce dans l’optimisation, rejoint par l’Administration dans cette logique destructrice sur le plan social.

Pour cette population grandissante et importante, c’est le renoncement aux à-côtés et aux extras, l’impossibilité d’épargner, le surendettement, l’obligation de travailler à deux,… Il leur vaut mieux essayer de payer des mensualités plutôt que des loyers, la perspective d’une retraite suffisante voire d’un travail après 50 ans volant en éclats dès aujourd’hui… mais l’immobilier a également flambé à l’achat, à la location… Les jeunes gens souscrivent des emprunts sur trente ans en primo accession.

Les cadres supérieurs sont la prochaine cible. Leur épargne sera orientée ou ponctionnée. La numérisation de l’argent la rend transparente, contrôlable,…

Les riches deviennent plus riches et continuent de pouvoir se soustraire à cette loi de la jungle.

La fracture sociale était une réalité pour les plus pauvres mais les strates placées au-dessus d’eux subissent la même force de gravité. Elle se transforme progressivement en effondrement de notre système basé sur la solidarité. Chacun se replie sur lui-même sous la pression d’un environnement qui se durcit.

Il reste aux plus lucides, ou téméraires, ou pragmatiques (intelligents ?)… d’entre nous de décider de s’expatrier et de se couper de leurs racines. Le petit train de la migration économique mondiale est surchargé de voyageurs. JSCOB…?

Une Réponse à “Sus à l’épargne… de ceux qui en ont encore et qui n’ont pas pu s’échapper.”

  1. Musy dit :

    oui, belle description…+en+ de pauvre..+en+ de riche, qu’ils profitent encore un peu de nous, pauvres citoyens asservis…la génération des 20 ans aujourd’hui arrive….Cette génération qui a rêvé dans une vie que parents nous voulions belle, avec le plus beau pour eux, à nous priver nous mêmes…. Cette génération va se réveiller, ça va faire mal….ils seront là pour nous tirer de notre flegmatisme…notre inertie ….passant notre temps à nous plaindre de constatations désastreuses le cul sur une chaise….Ils peuvent rigoler nos maîtres…nous sommes de bons esclaves….

Laisser un commentaire

Lespapisflingueurs |
Ecomonde |
Une Porte Vers L'Autre... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le savoir Africain
| Votre biographie par VOM
| Souslarobe